Comment gérer les regrets de la manie et de la dépression bipolaire ?

Tout le monde a des regrets. Les miens concernent les choses « simples » que je n’ai pas pu faire quand j’étais déprimé et pire les choses destructrices que j’ai dites quand j’étais maniaque.

Par Clément Baissat

Le regret fait partie de la vie mais il est difficile d’avancer si nous ressassons toujours nos regrets. Les bipolaires ne manquent pas à la règle, d’autant qu’il nous arrive de ne plus vraiment être nous-même par moment si j’ose dire. Voici l’histoire d’un bipolaire qui nous explique son histoire. 

Regretter ce que j’ai fait et ce que j’ai manqué

Des regrets. Ma tête en est pleine. Ils surgissent de temps en temps. Les vieux regrets sont comme de vieux amis, familiers, confortables, irritants et parfois gênants. Ces regrets ont tendance à s’estomper rapidement.

Les plus récents sont plus durs pour moi. Avec eux, je m’attarde. Je revis l’expérience. Ils évoquent des émotions – parfois de l’embarras, parfois de l’angoisse, parfois de la colère.

Les regrets de mes dépressions sont des regrets de perte. Des occasions perdues et des choses que je n’ai pas faites. Des choses que je n’ai pas pu faire. Ces regrets me rendent triste quand j’y pense. Les souvenirs de mes « années perdues » et des fois où je n’ai pas pu être là pour mes enfants. C’est alors que les larmes me montent aux yeux.

Les regrets de mes périodes maniaques sont accompagnés d’angoisse et de gêne. Parfois, ces regrets me font frémir. Contrairement aux regrets de la dépression qui me font regretter de ne pas avoir fait quelque chose, les regrets de la manie concernent les actes. Parfois je n’arrive pas à croire ce que j’ai fait.

Dépression bipolaire et occasions manquées

Perdre un ami potentiel

Lorsque je fais face à la dépression, je ne suis pas moi-même. Je regrette d’avoir laissé tomber les autres à cause de ce que je n’ai pas fait pendant ma dépression.

Il y avait ce bon ami avec qui je jouais au football et que j’aimais beaucoup. Il m’a proposé d’être ami au-delà du sport. J’ai aimé l’idée et j’ai voulu passer plus de temps avec lui. Il était drôle et intelligent. Il m’a appelé et a fixé un rendez-vous.

Alors, que s’est-il passé ?

Le jour de notre déjeuner, j’étais dans une terrible dépression. Mon esprit était engourdi, ma voix était monotone, mon énergie était faible.

J’ai annulé le déjeuner.

Je devais le faire. Je ne pouvais pas y aller. Je ne pouvais aller nulle part.

Nous avons reprogrammé pour deux jours plus tard.

Deux jours plus tard, je ne pouvais pas sortir du lit.

Au dernier moment, je lui ai posé un lapin.

J’avais essayé de l’appeler, mais c’était trop tard. Je voulais… mais je ne pouvais pas. Je me suis sentie coupable. Je me sentais comme un raté parce que je ne pouvais pas faire une chose aussi « simple ». Et j’ai sombré encore plus dans la dépression.

Je ne l’ai plus jamais rappelé.

Déception professionnelle

Une autre fois, alors que j’étais encore capable de travailler, la dépression s’est abattue sur moi. Quand je pense à cette époque maintenant, je ressens de la déception et du regret.

J’avais 22 ans et je travaillais dans un magasin de proximité. Pendant tout le temps où j’y travaillais, j’étais dans une dépression.

En travaillant, je me sentais paresseux, honteux et coupable. Tout cela sans raison valable.

Petit à petit, la culpabilité, la honte et le discours négatif sur soi ont empiré.

Un jour, je suis partie sans prévenir. Je n’ai pas vérifié que le magasin avait du personnel. Quand je suis parti, il n’y avait personne sur place pour prendre ma place.

Je regrette ce comportement car ce n’est pas comme ça que j’ai été élevé.

J’ai à peine réussi à rentrer chez moi ce jour-là. Quand je l’ai fait, je suis allée directement au lit. Cela a ajouté à la culpabilité et à la honte. Je savais que c’était mal. J’ai laissé tomber les gens.

Quand ce souvenir ressurgit maintenant, je regrette de ne pas avoir donné de préavis. Même quelques jours à l’avance. Même une heure.

Ça semble être une petite chose. C’est l’une des nombreuses « petites » choses qui s’accumulent, l’une après l’autre, jusqu’à ce que ce soit trop.

J’ai un réservoir illimité de regrets pour des choses que je n’ai pas faites.

« Nous avons tous pris de mauvaises décisions dans le passé. Il faut pourtant les accepter et apprendre de nos erreurs pour devenir une meilleure version de nous-même. »

 
 

Regrets des pensées grandioses de Mania (phase délirante)

Un commentaire qui m’a coûté cher

Avec la manie, mes regrets sont liés à des choses que j’ai faites.

Certains de mes regrets maniaques proviennent de sentiments de grandiose. Comme la fois où j’étais à la fin de la vingtaine et où j’avais un excellent travail que j’aimais.

Un jour, mon patron, mes collègues et moi sommes allés déjeuner.

Je pensais être la personne la plus intelligente de la pièce. J’étais maniaque et je parlais sans cesse, émettant des opinions sur le travail, l’actualité et la vie en général.

Mon patron m’a posé une question, et j’ai fait un commentaire désinvolte en guise de réponse. Ce commentaire était totalement faux.

La conversation s’est arrêtée, et les gens m’ont regardé.

Je savais que j’avais fait une erreur….. Mais je ne pouvais pas m’arrêter de parler.

Quelques années plus tard, j’ai été licencié de cet emploi.

L’une des raisons invoquées par mon patron pour justifier cette décision était ce déjeuner – cette conversation et mon commentaire arrogant.

Parfois, je pense à ce moment du déjeuner. Je sais que j’étais maniaque. Mon comportement, mes pensées et mes paroles étaient si différents du moi sain. C’était une erreur.

Une chose si simple. Une si « petite » chose.

Mais c’était la mauvaise chose. Et c’est l’une des choses maniaques qui m’a coûté le travail que j’aimais tant.

Ce souvenir me rend triste, et je ressens un puissant sentiment de perte quand j’y pense. Je me sens gênée et je me sens coupable d’avoir laissé tomber ma famille en perdant mon emploi à cause de cela.

Ce seul commentaire, lors de ce déjeuner, a changé ma vie.

Parfois, quand je pense à ce qui aurait pu être, ce souvenir me vient à l’esprit.

Arrogance et blagues inappropriées dignes de mention

Puis, parfois, je repense à une autre époque où je me suis mis dans l’embarras – et où j’ai mis ma femme dans l’embarras en étant arrogant et prétentieux et en pensant que j’étais la personne la plus intelligente et la plus drôle de la pièce.

C’était une époque où la manie avait altéré mon jugement, et j’ai raconté une blague affreuse et inappropriée lors d’un dîner avec des amis.

Quand j’y pense, je grimace.

C’était une mauvaise blague. Une vieille blague que j’avais entendue une fois. Quand je me suis entendu la dire, j’ai eu l’impression de sortir de mon corps : Est-ce que je viens de dire ça ? Comment ? Pourquoi ? D’où est ce que ça vient ? Ce n’est pas moi.

On a perdu des amis à cause de cette blague. J’en frissonne quand j’y pense.

Encore une fois, c’était une « chose si simple ». Une pensée sortie de nulle part mise en mots. Une pensée qui, si je l’avais diffusée dans le monde via les médias sociaux, aurait continué à me représenter comme ce que je ne suis pas.

Les gaffes grandioses détruisent mon caractère


Puis il y a les regrets plus importants. Des choses honteuses et embarrassantes que j’ai faites lorsque j’étais maniaque. Comme pour la dépression, j’ai aussi un réservoir de regrets maniaques.

Certains concernent les dépenses d’argent. Je ressens une certaine culpabilité à leur égard, mais je me sens surtout comme un idiot.

Il y a eu la voiture que nous ne pouvions pas nous permettre et que j’ai achetée en liquide. Il y a eu les vacances qu’on ne pouvait pas se permettre.

Mais les choses que j’ai dites lorsque j’étais maniaque, lorsque je me sentais « défoncé » et grandiose, ce sont des choses qui persistent. Ce sont des choses qui détruisent le caractère d’une personne. Ce sont des choses qui durent.

Tout le monde dit des choses qu’il regrette. Moi aussi, j’ai dit des choses que je regrette même quand j’étais stable. Mais ce ne sont pas de grands événements qui changent ma vie. Je peux vivre avec ces faux pas.

Mais ce que j’ai dit quand j’étais maniaque… ces commentaires à l’emporte-pièce on changés ma vie.

Il m’arrive encore d’être hypomaniaque. Mais la différence entre l’hypomanie et la manie est que je ne pense pas être la personne la plus intelligente de la pièce. Je ne pense pas être la personne la plus drôle de la pièce.

Ces jours-ci, je ne crée pas de regrets qui changent la vie et qui me hantent dans mes moments de calme.

L’acceptation est essentielle, n’hésitez pas à nous envoyer vos témoignages sur hello@hopestage.com 

Laisser un commentaire