Comment surmonter l'isolement pendant une depression ?

La dépression doit être avant tout anticiper afin de ne pas trop en subir les conséquences. Il faut mettre en place un système avec vos proches pour pouvoir être en mesure de gérer votre prochaine dépression. 

 
 

Par Clément Baissat

Dépression bipolaire, pensées négatives et retrait des autres
Aujourd’hui, un bipolaire va vous parler de la dépression bipolaire et de l’isolement.

L’un des principaux problèmes de mes épisodes dépressifs est le fait de me retirer de la vie, de m’isoler de tout le monde.

Pendant mon premier épisode, mon esprit était constamment bombardé de pensées négatives, qui me disaient que je n’étais pas digne d’avoir des amis et que j’étais un fardeau pour ma famille. Ce genre de pensées m’a conduit à m’éloigner des gens, ce qui m’a fait sombrer encore plus dans la dépression.

Mes signes d’auto-isolement pendant la dépression bipolaire
Appels, messages, courriels et textos manqués ou sans réponse qui s’accumulent plus que d’habitude.
Entendre souvent des phrases de la part d’autres personnes telles que « ça fait un moment que je n’ai pas eu de nouvelles de toi… ».
Peu ou pas d’activités sociales dans le présent ou l’avenir proche, et annulation de tous les plans qui sont faits.
Se sentir indigne de ses amis, de sa famille ou d’un proche, et se sentir comme un fardeau pour eux.
Cela peut devenir un cycle dépression isolement. Les symptômes dépressifs peuvent conduire à l’isolement. Le fait d’éviter les gens peut entraîner une diminution des contacts avec les autres au fil du temps, ce qui aggrave encore la dépression. 

Voici quelques conseils pour briser le cycle dépression isolement :

Reconnaissez vos signes personnels de dépression et d’isolement. Faites en sorte que votre entourage les connaisse, afin qu’il puisse également identifier les moments où vous avez besoin d’aide !
N’oubliez pas : « la dépression ment ! » Ne croyez pas les pensées négatives qui bombardent votre cerveau et vous font croire que l’isolement est le meilleur choix.
Parlez aux autres. N’ignorez pas ce coup de téléphone ou ces textos ! Le manque d’interaction avec les autres ne fera qu’empirer les choses.
Faites des projets ! En cas de dépression, la simple idée d’être entouré de gens peut sembler épuisante. 

Rejoignez une communauté pour vous aider comme la nôtre : https://www.facebook.com/groups/deparole/

« Sortir d’une dépression est difficile. Il faut avant tout chercher des solutions pour ne pas entrer dans une phase dépressive. Ou bien limiter l’intensité de cette phase de dépression. »

 
 

Trouver la motivation face à la dépression

Il est indéniablement difficile de passer de l’énergie productive de la manie à la fatigue et à l’apathie de la dépression. Essayer de trouver la motivation pour la moindre tâche peut être source de frustration.

Ne prenons pas le manque de motivation que nous ressentons lorsque nous sommes déprimés pour de la paresse. Ce n’est pas que nous ne voulons pas faire les choses qui doivent être faites, c’est simplement que l’énergie nécessaire à cette entreprise semble insurmontable.

Le retardement, l’évitement et la procrastination qui en résultent peuvent alors conduire à une déception envers nous-mêmes, ce qui renforce l’image négative que nous avons de nous-mêmes.

Nous devons remplacer notre voix critique intérieure par un discours rassurant et positif qui reconnaît nos sentiments pessimistes tout en encourageant la réussite.

Commencez par de petits objectifs en essayant ce que James Clear, auteur du livre Atomic Habits, appelle la « règle des 2 minutes », qui consiste à s’assurer que toute nouvelle habitude ne prend pas plus de deux minutes à faire. Voici les étapes de l’espoir, les routines que nous recommandons pour aider les bipolaires à se stabiliser.  Ensuite vous pouvez commencer à vous fixer comme objectifs d’aller marcher 1 fois par jour. Nous créons des challenges dans le groupe des pandas pour vous aider. 

Choisissez une activité que vous aimez vraiment, car vous serez plus enclin à la suivre et à vous y tenir sur la durée. L’accomplissement d’une petite chose alimente à son tour les sentiments de productivité et de réussite. Veillez à célébrer même les petites victoires.

Une fois la dynamique enclenchée, augmentez la taille de vos objectifs en fonction de votre niveau d’énergie.

Il est également important de rester engagé pendant les périodes les plus difficiles. Des recherches sur les relations sociales positives, publiées dans un numéro de 2009 du « Journal of Counseling Psychology », ont montré que les personnes présentant des symptômes dépressifs plus importants semblent trouver plus de satisfaction et de sens à leur vie lorsqu’elles répondent à leur besoin d’appartenance.

L’appréciation des personnes qui font partie de notre vie et de tout ce qui nous fait ressentir de la gratitude, d’ailleurs peut alimenter un désir de changement.

« La gratitude vous fait ressentir des émotions positives », explique Lisa Ferentz, assistante sociale clinique, « et vous devenez alors plus motivé à rechercher davantage de choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant et à rechercher de manière proactive les bonnes choses dans votre vie ». 

L’implication excessive d’un partenaire (hélicoptère) dans votre plan de rétablissement peut entraîner de la frustration, du ressentiment et des confrontations. En revanche, lorsque vous collaborez en équipe à votre rétablissement cela fonctionne beaucoup mieux.

Par une bipolaire anonyme. 

Je ne supportais pas que mon conjoint soit un « hélicoptère ». Cela faisait partie de sa surimplication dans mes soins, ce qui me déresponsabilisait, me décourageait, m’infantilisait et m’enrageait. J’admets que, parfois, mon refus d’accepter mon état, le rejet de ses préoccupations, l’inobservance des traitements médicaux et mon ambivalence ne lui laissait pas le choix. Néanmoins, l’hélicoptère a contribué de manière significative à mon niveau de stress, qui a toujours été un élément déclencheur de ma manie.
J’avais l’impression d’être sous surveillance constante. Il me survolait, me tournait autour, surgissait. Il voyait une manie imminente dans tout ce que je disais ou faisais. 

Cela nous aide beaucoup si vous pouviez remplir ce formulaire pour mieux comprendre les bipolaires : https://form.typeform.com/to/QhsUBHsC

Share this: